Quand Madagascar vous révèle sa nature exceptionnelle

Un voyage à Madagascar doit être programmé selon le mois de l'année mais aussi la partie du pays que l'on désire visiter. De fait, le climat varie énormément. La mousson est très abondante à partir de décembre au nord-ouest de Madagascar alors qu'un climat très sec règne au sud.

La côte est se découvre de septembre à novembre, sous peine de devoir supporter des pluies abondantes. Pour cette raison, il est important de faire appel à un voyagiste spécialiste de Madagascar pour planifier son voyage. Baignée par l'Océan indien, Madagascar est souvent appelée "l'île-continent".

Relaxation ou sac à dos : Madagascar comme vous voulez

L'une de ses particularités est qu'elle présente une prodigieuse diversité de paysages sur une zone de de 1580 km de long pour 500 de large occupée à 70% par des plateaux et montagnes. L'île de Madagascar marie les récifs de corail, la savane, le bush épineux et les sommets volcaniques. Mille raisons peuvent motiver des vacances à Madagascar.

L'incroyable biodiversité de l'île en est la principale. Désormais, Madagascar s'est dotée de parcs naturels qui préservent ces trésors. Quelques zones protégées réservent leur accès aux chercheurs, d'autres ont été classées au patrimoine mondial de l'Unesco, par exemple le massif de Marojejy, le parc national de Ranomafana, etc.

La plupart de ces espaces proposent des ballades de tous niveaux. Les plus sportifs préfèrent généralement les treks, par exemple dans les canyons de l'Isalo, royaume des crocodiles. Des forêts de tamariniers aux sommets volcaniques, Madagascar propose une foule d'activités de pleine nature : canoë-kayak, tree climbing, mais aussi, côté océan, le surf dans la baie de Diego Suarez, la plongée sur la côte ouest et la pêche sportive.

Le gouvernement malgache a ouvert les vannes du tourisme depuis 1984. Celui-ci connait une ascension très rapide et les hôtels ont fleuri un peu partout. Toutefois, on peut parfaitement découvrir Madagascar autrement, en optant pour l'écotourisme.

Des structures ont été ouverte dans ce souci de préservation de la nature, par exemples la réserve de Vohimana ou la zone forestière de conservation de Mandea. Particulièrement demandée en été, l'observation des baleines à bosse du côté de l'île Sainte-Marie a aussi initié des mesures de protection de ces cétacées.